Skip links

Des habitats coopératifs parmi les baobabs

André Noël a dédié sa carrière à l’habitat coopératif. Ancien directeur général de la Fédération des coopératives d’habitation de Montréal et consultant pour la Confédération québécoise des coopératives d’habitation (CQCH), c’est maintenant au Sénégal qu’il œuvre à titre de conseiller volontaire en gestion des coopératives d’habitat dans le cadre des activités d’appui menées par SOCODEVI.

C’est par intérêt pour l’Afrique et dans le but de partager ses acquis qu’il a effectué plusieurs séjours d’appui au pays de la teranga, le dernier séjour de cet hiver ayant été écourté malgré lui en raison de la pandémie de COVID-19.

« La formule de SOCODEVI est vraiment pertinente, parce qu’on envoie sur le terrain des gens qui ne sont pas des professionnels de la coopération internationale, mais plutôt des ouvriers du mouvement coopératif. Cela crée des chimies assez intéressantes. Ça génère beaucoup d’idées. On arrive parfois à contre-courant, mais on s’ajuste à la réalité sur le terrain. »

Avec SOCODEVI au Sénégal, André Noël travaille auprès de l’Union régionale des coopératives de construction et d’habitat de Thiès (URCCHT) pour améliorer les conditions de vie de milliers de familles. L’URCCHT est un partenaire de longue date qui regroupe une soixantaine de coopératives et quelque 5 000 membres souhaitant un logement décent, durable et abordable.

Une collaboration fructueuse

Animé par son expertise et son esprit de coopérateur aguerri, André Noël a participé à l’écriture de plans d’affaires et à l’analyse de leur faisabilité, en plus d’offrir des conseils stratégiques au conseil d’administration et à la direction sur divers sujets : la gestion des finances et des opérations, la mise en place de nouveaux services et les relations entre un directeur et le conseil d’administration. Un dossier dont il fier, c’est celui des états financiers de l’URCCHT.

« Tous ensemble, nous avons travaillé fort sur la façon de présenter les états financiers, sous un format qui permet d’analyser les performances, se réjouit-il. Les dirigeantes et dirigeants de l’Union peuvent maintenant plus facilement interpréter les résultats mensuels et identifier quels services sont rentables ou quelles mesures prendre pour corriger une activité ou un projet déficitaire ! »

Cette amélioration doit aussi permettre au conseil d’administration de se familiariser avec l’analyse financière, de prendre plus rapidement des décisions plus éclairées et d’assurer un meilleur suivi. « C’est vraiment intéressant, tant au niveau organisationnel qu’au niveau du développement des plans d’affaires. »

De retour au Canada, à distance, il poursuit du mieux qu’il peut son travail d’appui-conseil. Dans le contexte de la pandémie mondiale, il espère le mieux pour le peuple sénégalais. Il pense à eux et à ce qu’ils lui ont appris. « J’aime leur philosophie. Les gens sont tellement résilients. Ce sont des femmes et des hommes qui travaillent depuis longtemps pour des projets parfois lourds à porter, mais chaque jour, tout ce monde s’acharne à l’ouvrage. Ça me touche beaucoup. »

Surmonter les obstacles en groupe

L’URCCHT est reconnue au Sénégal pour sa résilience et ses réussites. Depuis 20 ans, cette fédération lutte contre de nombreux obstacles autant financiers que politiques et administratifs pour répondre aux besoins de ses membres. « Dans un pays où les familles sont nombreuses — en moyenne huit par ménage —, où près de la moitié de la population travaille dans le secteur informel et n’a pas accès à l’hypothèque, où un citoyen doit obtenir des autorisations de la part d’au moins dix institutions différentes non coordonnées pour construire, l’accès à la propriété relève des douze travaux d’Astérix », explique Marie-Annick Taillon, chargée de la programmation de SOCODEVI au Sénégal.

Les efforts conjoints de l’URCCHT et de SOCODEVI visent à faciliter l’accès à un habitat décent et abordable pour les membres et les générations à venir en assurant d’abord une gouvernance démocratique et inclusive ainsi que la rentabilité de cette entreprise collective. À terme, le projet en cours, intitulé PROCED, améliorera les conditions de vie de plus de 40 000 personnes au Sénégal.